softskills
CategoriesTravail

Les Soft Skills, les compétences douces

softskills

Que sont les Soft Skills ?

Les Softs Skills, autrement dit « compétences douces », s’acquièrent par l’expérience, les interactions sociales et une réflexivité individuelle. Ces compétences vous permettent de rentrer en interaction avec les autres et de gérer votre environnement. Elles sont aujourd’hui très regardées dans les recrutements car ce qui compte aujourd’hui, au delà des diplômes et des compétences « dures » d’un métier (qui s’apprennent), c’est les compétences comportementales.

Les compétences comportementales recherchées par les entreprises

Dans son rapport « future of work », le World Economic Forum fait état des compétences comportementales les plus recherchées par les entreprises détaillées ci-dessous : 

La réflexivité, prisée en entreprise

La réflexivité consiste en notre capacité à se regarder agir et analyser cela. Être réflexif, c’est s’arrêter régulièrement pour faire le point sur sa façon de faire, de transmettre, d’agir : « Qu’est-ce qui se passe bien ? Qu’est-ce qui coince ? Pourquoi ? Qu’est-ce qui se passe en moi ? Comment réagissent les autres interlocuteurs ? …

Ces questions permettent de remettre en perspective les mécanismes et permettent de prendre du recul pour être : 

1. Plus performant en apprenant de ses expériences

2. Encourager le bien-être au travail et l’optimisation des ententes relationnelles

3. Favoriser la reconnaissance et conscience de l’autre

4. Rebondir efficacement et rapidement en cas de rouages qui coincent

Pour développer votre réflexivité, vous pouvez vous munir d’un petit carnet qui vous permettra tenir un carnet de bord de vos questionnements, les sujets irritants de votre journée. Premier bénéficie : vous pourrez réfléchir à la meilleur façon de traiter les problématiques en déchargeant votre tête.  Deuxième bénéfice, à la relecture vous pourrez voir vos axes de progression. 

L’estime de soi

L’estime de soi, c’est notre capacité à aimer ce que nous percevons de nous-même. Le développement de l’estime de soi commence dès l’enfance et se construit avec l’attention, les retours de nos proches. En grandissant, cette estime est alimentée par les retours positifs, la reconnaissance de nos capacités et notre popularité. Ensuite, plus nous nourrissons des pensées positives à notre égard, plus notre estime de nous même est bonne. L’estime de soi est visible sur 3 pans : Comportementale (mes prises de risques), Cognitive (mes pensées positives et constructives à mon égard), affective (Sécurité interne et stabilité émotionnelle). 

Pour renforcer votre estime de vous-même, vous pouvez : 

1. Faire le point sur votre façon de vous percevoir (à l’aide des exercices sur les traits de personnalité)

2. Faire l’état des lieux de vos talents

La motivation

La motivation est ce qui va vous permettre de vous mettre en action. Plus votre motivation est grande, plus les choses que vous mettez en place vous semble simple. Dans le cas contraire, on procrastine (remettre à plus tard ce que l’on pourrait faire maintenant). Beaucoup d’entreprise ont mis en place des notions « d’intéressement » pour motiver les salariés, mais ça n’est pas si simple : La motivation, ça se cultive ! 

Pour comprendre ses leviers de motivation, il convient de bien se connaître. Quelles sont mes vecteurs de motivation ? Qu’est ce qui me pousse à faire les choses ?  

La créativité

La créativité est ce qui favorise l’émergence de nouvelles idées. Contrairement à ce que l’on pense, la créativité n’est pas réservé aux artistes ou au domaine de l’innovation ! La créativité est partout et chez beaucoup de personne car la créativité peut être petite comme grande. C’est d’ailleurs une qualité indispensable pour préparer l’avenir et créer le monde de demain 🔥

Pour favoriser la créativité, on va pouvoir développer son intuition, son organisation et pourquoi pas avoir recours au BrainStorming, qui intègre l’idée la plus terre-à-terre à la plus réfléchie. 

L’adaptabilité

L’adaptabilité est, dans le monde actuelle et nos contraintes, une qualité extrêmement recherchée. Parce que de nouveaux métiers apparaissent, parce que les entreprises recherchent de plus en plus de potentiels aux multiples casquettes, parce que les crises économiques, sociales et sanitaires nous obligent à nous réinventer pour que tout puisse continuer à tourner… L’instabilité actuelle fait que cette compétences est LA plus demandée en entreprise. 

Pour développer cette faculté, il faudra réapprendre à apprendre pour se renouveler. L’adaptabilité passe aussi par le lâcher-prise en abandonnant la rigidité avec laquelle nous pouvons prendre les changements. Cette compétence nous demande de sortir de notre zone de confort et d’utiliser notre capacité à rebondir : La résilience.   

L’efficience et l’organisation

Préférer l’efficience à l’efficacité, c’est réduire les coûts en énergie, en temps, en émotions… BREF, l’efficience va plus loin que l’efficacité car elle atteint ses résultats tout en économisant ses moyens. C’est le juste ratio entre action, ressources et résultats atteints.

Cette compétences est recherchée par les entreprises car elle octroie une meilleure gestion de ses ressources. 

Pour la développer, il va falloir que vous identifiez ce qui vous distrait et vous empêchent d’être efficient dans vos tâches : Pensées/Stimulis divers/environnement de travail / Douleurs…Puis identifier vos attitudes dans le travail : Êtes-vous proactifs ? Organisé ? Méticuleux ? Procrastinateur ? …

Comment êtes-vous dans la prise de décision ? Rapide ? Lent ? Spontané ? Réfléchi ? Logique ? Approximatif ? …

La gestion du stress

Le Le stress, grand maux de notre époque. Stress positif ou stress négatif, à force d’être répété, ce combiné d’émotion de toutes sortes épuisent forces mentales et physiques. 

Les sociétés s’attachent à comprendre les « facteurs risques » du stress qu’engendre le travail : Pour identifier sa capacité à gérer son stress, on va pouvoir utiliser des outils tel que le test du burn-out de Maslach : https://www.mgfrance.org/images/utilitaires-medicaux/test-maslach_burn-out.htm

ou encore l’introspection. Qu’est ce qu’il se passe en moi ? Comment est mon corps (tendu, raide, flex…)? Dans quel environnement suis-je bien ? … Autant de question qui vont permettre de mieux se connaître. 

L’empathie

L’empathie, ou la capacité l’art de mieux se comprendre. L’exigence de l’empathie consiste à comprendre ce que l’autre provoque chez soi, pour l’intégrer dans ses échanges avec celui-ci et ainsi être constructif dans le dialogue. Pour être empatique, il faut se comprendre soi. On revient quasiment toujours au même finalement : Connais-toi toi-même disait Socrate ! 

Pour développer son empathie, il va falloir prendre conscience de ses capacités d’écoute attentive, de sa capacité à poser les questions avec des questions que l’on pourrait qualifier de naïve, développer sa curiosité pour comprendre, découvrir, ressentir…, et pratiquer le silence. « Le silence est d’or et parle parfois plus que les mots. 

L’aisance relationnelle

L’aisance relationnelle, c’est la facilité que l’on a à interagir avec les autres. Par exemple l’art et la manière d’engager une conversation, d’aborder des points importants… L’aisance dans tout ce qui attrait à la communication. 

Cette qualité est très prisée en entreprise car elle permet aux équipes de créer du lien, de favoriser la cohésion d’équipe, de créer des échanges constructifs, engageants, motivants…

Développer son aisance relationnelle, c’est avoir conscience :

  • du choix de ses mots : Se prêtent-ils au contexte ? Sont-ils exemptent de jugement ? 
  • de son langage corporel : est ce que j’envoie les bons messages avec mon corps ? Mes mots sont-ils raccord avec mon corps ?  

La coopération

Coopérer, collaborer… L’art du bien travailler ensemble. Travailler ensemble n’est pas chose aisée compte tenu du fait que nous ayons tous des cartes de vie différentes, des personnalités et des points de compréhension/vexation différents également. Il va falloir composer. Comme on dit : « Seul, on va plus vite, à deux, on va plus loin. »

Dans une entreprise, nous sommes rarement seul ! Le but est de pouvoir regrouper ses équipes autour d’un objectif commun : que la société tourne ! 

Développer sa coopération, c’est s’engager dans le projet, c’est échanger sur les difficultés que l’on rencontrent pour avancer ensemble… C’est oeuvrer pour le collectif. 

En conclusion, les SoftSkills sont donc des compétences comportementales et sociales qui se basent sur la connaissance de soi. Ces compétences, grâce à différentes techniques,  permettent à chacun de se questionner pour mieux s’adapter aux différentes situations professionnelles rencontrées. Un véritable atout pour les entreprises qui voient leurs collaborateurs devenir leurs meilleures versions. 

Nous allons voir dans un prochain article comment valoriser les SoftSkills sur son CV 💪🏼

CategoriesTravail

Nos 6 conseils pour couper avec son travail !

Vous êtes en weekend, vous avez posé une RTT, vous partez en vacances… Vous les avez attendues ces pauses, vous avez compté les jours…  Car vous aviez bien besoin de vous reposer et de changer d’air… Oui mais voilà, ça turbine dans votre esprit : « Et si ce fournisseur… » « Il faut que j’appelle M. X pour ce dossier… » Votre esprit est toujours au bureau, déjà dans l’anticipation de votre retour… Il va falloir changer tout ça et couper pour vous ressourcer !

Pour être plus performant et avoir les pensées claires, il est important de couper et de prendre un temps relativement long pour se ressourcer en profondeur… Nous allons découvrir ensemble qu’il y a bien des façons de penser à tout pendant son weekend, son day-off ou ses vacances, tout, sauf à son travail

Comment ça marche ? 

Déconnecter, c’est ranger son cerveau « work » dans sa petite boite et ressortir son cerveau « Have fun ». 
Il faut dire qu’en plus du travail qui peut être stressant, nous avons, pour la plupart d’entre nous des contraintes qui nous incombent : Faire les courses, faire le diner, ranger, s’occuper des enfants… Notre cerveau est en parfaite ébullition car il faut être partout, penser à tout… Et entendons-nous bien, cette routine répétitive, en plus des tourmentes du travail qui nous assaillent, peut finir par éteindre notre petite flamme de folie que nous avons quand nous effectuons une activité qui nous anime, qui nous amuse… !
Donc, déjà ce que vous pouvez faire c’est :

1- Une TO-DO-LIST

S’organiser, c’est le point de départ pour bien s’y retrouver. Le fait de visualiser ce que vous avez fait pendant la journée vous permet de voir que vous n’avez pas chaumé, que vous avancez dans le travail. Alors certes, il en reste encore… Mais vous continuerez d’avancer aussi à votre retour. Rome ne s’est pas faite en 1 jour, votre projet non plus ! 
Vous me direz « Oui mais j’ai un impératif de dead-line ! » : Tout va se faire… Posez les choses calmement, pour éviter de brasser de l’air en vous agitant dans tous les sens. De toute façon, que vous y pensiez et stressiez fera t-il faire avancer le projet ? Non, pas plus que votre façon de vous culpabiliser ou auto-flageler « J’aurai dû faire ça… » ! 
Ayez confiance en vous !

2- Occupez votre esprit avec une activité vous faisant être dans le présent

Occuper votre esprit avec des jeux (Sudoku, Candy crush, Mots-fléchés, Cherchez l’intrus…) qu’ils soient visuels, auditifs ou encore de stratégies. Votre esprit met en place toute sa force mentale sur la résolution de vos défis. 

3- Respirez, ressentez

Soyez à l’écoute de votre corps. Que vous dit-il ? Pourquoi se met-il dans cet état ? À quoi cela vous renvoie : La peur de perdre travail ? La peur de l’échec ? La peur d’être un raté si vous n’arrivez pas à solver votre travail ? …. Il faut remettre les choses à leur juste place et vraiment travailler sur le fait que le travail, c’est une obligation dans notre monde, mais cela ne tient qu’à nous de nous ruiner la santé pour celui-ci. Et non, ne pas stresser ne veut pas dire que l’on travaille en dilettante ! 

4- Déléguez 

Lorsque l’on part quelques jours et que l’on laisse nos précieux dossiers dans les mains d’une autre personne, qui n’a pas forcément la même manière de fonctionner et de travailler que nous, ça peut être stressant. Mais il faut faire confiance ! Cette personne travaille à vos côtés et avec vous, pas contre vous. Si vos directives sont claires et la passation claire, il n’y a  pas de raison que ça se passe mal !

5- Entretenez de bons rapports

Nous passons plus de 80% de notre temps avec nos collègues, que certes nous ne choisissons pas. Il faut donc installer une bonne entente, sans confondre la sphère privée et la sphère travail. On peut entretenir de très bons rapports sans s’étendre sur notre vie privée non ?!

6- Savoir gérer ses priorités

Avoir une belle carrière, poursuivre des évolutions… Le travail est le marqueur social de notre temps. Or doit-il se faire au détriment de sa vie privée ? Est-ce vraiment dans le travail que l’on trouve un plein épanouissement ? Vous seul pouvez répondre à cette question. Chacun sera en mesure de prioriser les domaines qui sont importants pour soi. Gardons juste en mémoire que notre passage sur terre est rapide, donc il vaut mieux être en accord avec ce que l’on vit !
En somme, cultivez un bon équilibre de vie, ne vous mettez pas la rate au court-bouillon et faites vous confiance !
CategoriesTravail

Comment réseauter efficacement ?

Le réseau est le 2ème canal le plus utilisé par les recruteurs pour rechercher un futur collaborateur. Ce fameux «marché caché» est donc un biais incontournable à optimiser lors de votre recherche d’emploi. De nos jours, les réseaux sociaux lui donne une nouvelle dimension mais comment faire pour développer son réseau physique et virtuel ?

Déterminer son objectif réseau parmi ces 7 exemples

1. Recueillir des informations (secteur d’activité, entreprises…) et mieux se positionner
2. Identifier des personnes ressources, susceptibles de vous mener à l’emploi
3. Se faire connaître
4. Rencontrer des professionnels et remplir votre agenda
5. Partager des expériences, conseils, découvrir les réalités du terrain en vue d’une réorientation
6. Rencontrer des futurs partenaires dans une perspective de collaboration (création d’entreprise, synergies…)
7. Montrer votre dynamisme et votre persévérance
N’oubliez pas que l’état d’esprit qui préside le fonctionnement du réseau est le principe de l’échange gagnant-gagnant de professionnel à professionnel qui repose sur la confiance et le partage.

Constituer son réseau de base

Cette liste constituera votre Fichier contacts qui sera la base de votre travail de réseautage. Pour cela, listez les personnes dans votre carnet d’adresse en lien avec votre objectif professionnel (amis, famille, voisins, anciens élèves, associations, parents d’élèves, loisirs, ex collègues, ex employeurs, formateurs, commerçants, entrepreneurs…)

Préparer ses rencontres réseaux

Préparez votre PP2M (présentation en 2 minutes). En entretien réseau, il est crucial de pouvoir vous présenter de manière brève et impactante.
Structurez cette présentation en 4 parties : état civil, métier, parcours professionnel et objectif. Utilisez des verbes d’action et mots clefs relatifs à votre secteur d’activité. Lisez-la à voix haute car il faut qu’elle sonne bien à l’oral et testez-la auprès de votre entourage. Répétez la pour gagner en fluidité et essayer de vous en détacher au maximum pour conserver une certaine spontanéité. N’oubliez pas de vous chronométrer pour vérifier le respect du format court (2 minutes).
Votre PP2M en tête, rendez-vous sur des événements professionnels en lien avec votre secteur d’activités : journées portes-ouvertes, salons, cocktails…
Pour en savoir plus, visualisez notre vidéo présentant la PP2M sur notre Chaine You Tube : ici

Réseauter en ligne

Même si rien ne remplace la rencontre physique, internet est un moyen précieux pour être mis en relation et vous présenter auprès de personnes influentes, sur votre secteur, que vous ne connaissez pas.
Inscrivez vous sur :
– les réseaux généralistes (facebook, instagram, copains d’avant…) 
– les réseaux professionnels (viadéo, linkedIn…) Mettez en ligne votre profil, agrémentez le avec des liens vers vos réalisations, des recommandations… et recherchez des contacts professionnels en lien avec votre activité.
A vos marques, prêt, réseautez et n’oubliez pas : «Seul, on va plus vite. Ensemble, on va plus loin.»
CategoriesTravail

Le Télétravail, 5 conseils pour l’optimiser !

En cette période de confinement, nombre d’entre nous, exerçant des métiers le permettant, sommes en télétravail. Qu’on se le dise, on en à tous un peu rêvé… La contrainte étant, quels sont les avantages du télétravail ? Comment faire en sorte d’être performant même à la maison ? Voici nos conseils

Le Télétravail késako ?

1 français sur 6 expérimenterait régulièrement le « homeOffice ». Le terme « télétravail » est entré dans le code du travail en mars 2012.  Ce terme désigne « toute forme d’organisation du travail dans laquelle un travail qui aurait pu être exécuté dans les locaux de l’employeur est effectué par un salarié hors de ces locaux de façon régulière et volontaire en utilisant les technologies de l’information et de la communication dans le cadre d’un contrat de travail ou d’un avenant à celui-ci. »
Le télétravail nécessite l’usage des nouvelles technologies, à savoir la possession et l’utilisation d’un ordinateur pour pouvoir communiquer son travail par mail, maitriser les différents logiciels et être à l’aise avec la méthode de travail.
Le télétravail est basé en règle générale sur le caractère volontaire de la part du salarié et ne peut être imposé, sauf cas de force majeur, comme en ce moment. il s’exerce dans près de 80 % des cas à domicile, le reste du temps en espace de coworking. 
(source : onisep.fr)

Quels en sont les avantages ?

Les avantages pour le travailleur sont nombreux pour le travailleur :
 – Gain de temps et d’argent du aux déplacements et aux gardes d’enfants
– Plus d’autonomie dans la gestion des tâches à mener
– Meilleure gestion du temps vie pro/vie perso
– Meilleure concentration (si l’espace aménagé pour travailler est optimisé)

Comment faire pour optimiser le télétravail ?

1. Optimiser votre lieu de travail
Pour travailler dans les meilleures conditions et être efficace sur la longueur, il faut choisir un endroit qui s’y prête. Veuillez à vous aménager un lieu qui vous permette de travailler correctement. Veuillez à avoir une place vous permettant de vous concentrer, décorez la selon vos inspirations et aspirations, prêtez attention à la lumière,  
2. Identifier ses temps forts de la journée
Nous avons tous un fonctionnement différent avec des temps plus productif et d’autres moins. Identifiez les moments où vous avez une forte productivité afin de vous réserver pour les tâches qui vont demanderont de l’énergie et celles qui vous en demanderont moins.
3. Créer votre routine
Aller au bureau nous plonge dans les conditions de travail. En télétravail, c’est à vous de vous mettre en condition pour travailler. Instaurez un roulement d’action qui vous mène à travailler – Petit déjeuner, sport, méditation…- Faites bien attention aux distractions, il est facile de trainer lorsque l’on est à la maison. Ne nous le cachons pas les distractions à la maison sont grandes. Compartimenter bien les moments de pauses,
4.  Planifiez vos actions
Afin de toujours garder le cap, fixer vous des actions journalières à mener avant de commencer votre journée ou à la fin de la journée pour avoir une visibilité sur le lendemain. Sans une planification des objectifs, il est facile de rester longtemps sur les mêmes actions.

5. Restez en contact avec votre équipe, ou vos proches, n’hésitez pas à sortir
Télétravail ne veut pas dire être coupé des autres. Aujourd’hui vous avez de nombreux moyens technologiques pour rester en lien avec votre équipe (Zoom, Whatsapp…). Planifiez des déjeuners extérieurs ou même des activités lorsque votre journée est terminée !

En tous les cas, nous ce que l’on peut en dire, c’est que le télétravail est un droit, qu’il convient à certain et pas à d’autres ! Que pensez-vous de cette expérience ? Avez-vous des retours sur le télétravail ? N’hésitez pas à commenter ! =)
CategoriesLe Stress Travail

Gestion du temps : 5 conseils pour gérer votre temps de travail de façon efficace

Bien gérer son temps de travail permet de gagner en efficacité, sérénité et productivité. De nombreux outils et astuces sont à votre disposition pour classer, prioriser, déléguer, ranger…

Simplifier les tâches courantes

Posez les tâches récurrentes de votre journée, semaine, mois… et réfléchissez à un ou plusieurs moyens pour en automatiser certaines.

Ranger votre bureau

Un espace de travail surchargé et désordonné est souvent source de perte de temps, accumulation de stress… Un ménage régulier permet d’éviter une accumulation et un désordre excessif.
Pensez aux bannettes thématiques ou au trieur par exemple. Pour vous concentrer sur votre tâche, ne conservez sur votre bureau que les éléments vraiment utiles. Rangez les autres en fonction de leur fréquence d’utilisation : les plus souvent utilisés doivent être à portée de main.

Organiser dans votre agenda vos journées, semaines en priorisant les tâches importantes et urgentes

Posez vos différentes tâches dans votre agendas papier ou numérique… et annotez-les en les priorisant, notant la durée… Vous pouvez utiliser un code couleurs. Vous aurez ainsi une vision globale de votre journée ou de votre semaine pour en distinguer les temps forts et les temps morts. Nous vous conseillons de commencer la journée par les tâches difficiles et de prévoir des moments « détente ». Pour vous aider dans la priorisation, nous vous livrons ce petit outil !

Les « Do-it lists »

La veille d’une journée de travail, posez vos tâches à réaliser le lendemain. Vous rentrez ainsi l’esprit serein chez vous et le lendemain, vous êtes directement opérationnel. Vous avez les idées claires dès votre arrivée au bureau. Cochez ou rayez-les au fur et à mesure, ça fait du bien ! Découvrez, en cadeau, nos « To-do Lists » ABCP

Prévoir une plage « imprévus »

Dans votre emploi du temps, conservez quelques créneaux de libres pour y effectuer les tâches urgentes qui vous incomberont. Prévoyez si possible un peu de marge qui vous sera utile si vous prenez du retard à cause d’une réunion qui s’éternise ou d’un rendez-vous surprise. Bref, gardez-vous des espaces de souplesse pour y intégrer les impondérables : ils vous éviteront de devoir repenser votre planning au moindre accroc. Ces plages vous aideront à être zen malgré les imprévus.
Et vous ? Quels sont vos astuces pour gérer votre temps au travail ? Partagez vos conseils !
X
Add to cart