Prendre confiance en soi, l’une des quêtes les plus soulevées en accompagnement. Un peu comme la quête du bonheur, prendre confiance en soi serait, dans l’esprit de tout un chacun, le ticket d’entrée vers la réussite. C’est aussi l’excusite préféré des gens : “je n’ai pas confiance en moi, j’ose pas, donc je ne fais pas.” Le coaching professionnel peut aider à surmonter ce genre de préjugé.

Nous avons face à cette excusite deux bonne nouvelles : Un, les opportunités, ce n’est pas ce qu’il manque et deux, la confiance en soi, c’est comme un muscle, ça se travaille et se façonne ! C’est en l’exerçant, en l’activant, en la cultivant et en se lançant des défis que l’on progresse. 

Qu’est-ce que la confiance en soi ?

La confiance en soi indique que l’on se fait confiance, que l’on se fie à soi-même. Cela veut dire que l’on fait confiance à son intuition, et que l’on donne du crédit à ses capacités, sa pensée et ses ressources. C’est une sécurité intérieure et une stabilité qui nous assure que nous pouvons faire face à toute sorte de situation challengeante ou inconfortable qui se présentera.
Le manque de confiance entraîne quant à lui pléthore de complexes qui freine l’audace, entraînant un défaut de perception sur sa propre valeur, de la procrastination, d’abandon, de la colère envers nous même. Nous renonçons, nous regrettons, nous nous demandons “Et si?” parce que le manque de confiance, de foi en soi empêche d’oser !

La confiance en soi se forge dans l’enfance. Selon divers spécialistes, dont le psychologue Fitzhugh Dodson, tout se joue avant les 6 ans.
Ce qui se joue dans l’enfance avec les figures d’autorités et de sociabilité (famille, école…) contribuent à la construction de cette sécurité intérieure. C’est à ce moment-là que l’enfant va intégrer le fait de se sentir soutenu, aimé, encouragé, valorisé, respecté…Tous ces mots qui favorisent l’essor de la confiance en soi. À contrario, il pourra aussi se sentir rabaissé, humilié, isolé, comparé, rejeté… ce qui altérera sa confiance et sa sécurité intérieure.

Pour que la confiance en soi marche, il faut prendre aussi en compte deux niveaux de confiance : 

  • La confiance que l’on porte aux autres
  • La confiance dans les juridictions qui nous entourent (organisation d’État, d’entreprise…)    

En effet, si les deux niveaux sont faibles, la confiance en soi peut être écorchée. 

Dans cet article, nous allons nous intéresser à la sphère du travail. Quelles sont les techniques pour la consolider ou tout simplement la développer, que ce soit au travail ou dans la vie de tous les jours ? Qui peut nous aider à retrouver, ou trouver, la confiance en soi ?

Prendre confiance en soi au travail, les bonnes méthodes ?

Lorsque l’on est dans le milieu du travail, notre confiance en soi est mise parfois à rude épreuve. Pourquoi ? Parce que  nous sommes au contact d’autrui, et que l’on s’expose donc au jugement de l’autre, que notre travail est évalué et qu’autrui fait ressortir notre besoin de se comparer. 

Cela peut entraîner des complexes, des peurs qui altèrent notre confiance en nous qui peuvent nous inscrire dans une spirale du rabais, du manque d’assurance ou encore de mal-être … Pourquoi autrui génère cela ? Parce que nous sommes dans une société de consommation où les personnes sont interchangeables. La société kleenex, au lieu de réparer, on remplace et on jette !

 La course à la performance et à la rentabilité fait craindre pour la pérennité de son poste, mais aussi parfois parce que nous ne sommes ni à la bonne place, ni avec les bonnes personnes pour travailler et déployer tout notre talent. 
Alors pour garder et entraîner sa confiance en soi, nous allons déjà nous intéresser à 3 leviers essentiels qui composent notre quotidien : 

 

Notre physiologie : Nous allons être attentif à :

  1. Notre posture : La façon dont nous nous tenons ou dont nous marchons : tête droite, dos droit, épaules reculées…
  1. Notre façon de respirer : Courte, Longue, inversée ? 95% de la population respire à l’envers (gonfle le ventre à l’expiration, ou n’utilise pas le ventre pour respirer) 
  2. Notre tonicité : un corps en bonne santé est un corps plus alerte et donc plus stable.

Notre langage : Nous allons être attentif à :

  1. Nos expressions utilisées : sont-elles positives ou négatives, jugeantes ou bienveillantes…)
  2. Le ton de notre voix : Est-il assuré, profond, ou au contraire fluet, chevrotant…
  3. Notre dialogue intérieur : Comment se parle t-on ? Est-on encourageant, ou insultant ? Se dit-on de nous que nous sommes bêtes… Ou au contraire sommes-nous bienveillant envers nous même ? 

Les croyances : Sur quoi focalisons-nous notre mental ? Que croyons-nous ? 

  1. Limitantes : celles que l’on m’a inculqué et qui me limitent aujourd’hui
  2. Conviction : ce en quoi nous croyons et sommes persuadés
  3. intuition : ce que nous ressentons, parfois au delà du rationnel

Ensuite, une fois ces 3 leviers identifiés et travaillés, il y a quelques méthodes qui permettent de d’augmenter sa confiance en soi : 

  • Avoir des objectifs clairs et croire en ses projets

Plus vous savez où vous voulez aller, moins vous êtes influençable par votre entourage et plus vous êtes ancrés. Un objectif clair est un objectif précis. Reste ensuite à définir les moyens que vous allez vous octroyer pour atteindre cet objectif. 

  • Mettre fin à ses croyances limitantes

Les croyances limitantes peuvent vous paralyser dans le milieu du travail. Par exemple, si vous croyez que vous n’êtes pas capable d’apprendre à utiliser Excel parce que vous avez toujours cru être nul en maths ou en langage informatique, alors vous bloquez votre cerveau d’entrée de jeu et n’essayez même pas de comprendre comment ça marche. Identifier ses croyances limitantes permet de les casser pour vous aider à avancer. Il s’agit de regarder depuis quand elles sont là, à quel stéréotype nous avons été exposé depuis le plus jeune âge. Dans l’article « Quelles sont les croyances limitantes ?” nous allons plus en profondeur sur ce sujet. N’hésitez pas à le lire ! 

  • La méthode des petits pas

Pour avancer vers  votre objectif, il est nécessaire que celui-ci soit atteignable. Par exemple, si vous vous mettez à la course à pied, si vous vous fixez d’emblée 45 min de course à 9 km/h, vous risquez de ne pas tenir sur la durée et de mettre votre corps à rude épreuve. Comme le dit l’adage italien : qui va piano va sano. 

  • Se mettre en action

Pour ne pas rester dans l’hypothèse d’une réalisation, il faut en avoir le cœur net. Et pour cela, il est nécessaire de se mettre en action. Se mettre en action muscle votre capacité à oser ! Et si vous vous trompez, ce n’est pas grave, vous apprenez !

  • Ne pas oublier de vous féliciter après chaque petit succès

Quelle que soit votre avancée, n’oubliez pas de vous remercier et d’apprécier de passer d’un point A à un point B. Tout fonctionne par étape ! Chaque étape franchie est une réussite ! Vous avez terminé un pan de votre travail ? Félicitez vous et accordez vous un temps pour faire ce que vous aimez : aller au cinéma, arrêtez vous dans un parc pour flâner, prenez une pâtisserie à la boulangerie… Faites vous plaisir !

  • S’entourer des bonnes personnes

Les personnes qui vous entourent ont une énergie communicatrice. Plus vous serez entouré de personnes bienveillantes, motivantes, inspirantes, ouvertes d’esprit… Qui cultive le positivisme en somme, plus vous aurez envie d’avancer ! 

  • Identifier les moments où vous avez eu confiance en vous

Il y a plein de moments où vous vous êtes sentis en pleine capacité de vos moyens, où vous vous êtes même étonnés, où vous avez fait preuve d’audace, où vous avez puisé dans vos ressources, où vous vous êtes sentis bien, sentis fiers…

Quels étaient ces moments ? Prenez le temps de chercher, c’est possible que ça ne vienne pas tout de suite et c’est normal !
Si la confiance en soi passe par un entraînement qui vient de soi, vous pouvez vous faire aider par un professionnel pour aller plus loin, et plus vite !

Vers qui se tourner pour gagner confiance en soi ?

Vous avez plusieurs options qui s’offrent à vous pour travailler votre confiance en soi : un coach et/un psychologue en Thérapie Comportementale et Cognitive. 
L’accompagnement TCC va vous permettre de travailler sur vos comportements et pensées  abaissant votre confiance en vous, les inverser et instaurer chez vous une stabilité émotionnelle durable. 

Le coach va vous aider, grâce à différents outils adaptés à votre personnalité et votre fonctionnement, à vous mettre en action et booster votre confiance en vous. Les accompagnements peuvent être complémentaires et doivent se faire avec un suivi assez proche pour garder une dynamique d’action.

ABCP compétences votre partenaire pour prendre confiance en soi

Chez ABCP Compétences, nous avons à cœur de vous aider à vous révéler dans votre entièreté. Cela passe notamment par la confiance et l’estime de soi. Prendre conscience de sa valeur et de l’étendu de ses possibles est une des clés de la réussite personnelle et professionnelle. C’est ce qui permet à chacun de trouver la place adéquate dans toutes les catégories de sa vie.  Nous mettons en place différents outils, contenus… Pour entamer cette réflexion et vous permettre de rayonner.

X
Add to cart