CategoriesLe Lâcher-prise

Pourquoi cultiver l’optimisme ?

Le monde d’aujourd’hui nous pousse souvent au pessimisme et à la perte de confiance en l’avenir : les médias et leurs longs discours anxiogènes ; les discutions au travail qui tournent souvent autour des problèmes de la société ; nos relations, enfermés dans les problèmes du quotidien à gérer… L’optimisme en vient presque à être perçu comme quelque chose d’anormal. Pourtant, il n’en faut pas beaucoup pour voir la vie autrement.

Il est temps de cultiver le positif dans nos vies !

C’est quoi l’optimisme ?

L’optimisme est une attitude mentale, qui permet de voir la vie du « bon côté ». C’est ce qui nous permet d’apprécier les événements du quotidien. L’optimiste a confiance en l’avenir, il a la conviction que, même en cas de difficulté il va s’en sortir. Winston Churchill illustre d’ailleurs bien ce propos avec une de ses célèbres phrases : 
« Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité ; un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté. » –  
Si l’optimisme semble être un savoir-être à adopter et cultiver, concrètement, qu’est-ce que cela m’apporte ?
 

Les bienfaits de l’optimisme.

*    Un bien-être mental : Je ne tombe pas dans la plainte ni la complainte, et ne me laisse pas encombrer par les sombres pensées.
*    La motivation : L’optimisme réveille l’énergie, la curiosité, l’action… Le cocktail détonnant pour être acteur de sa vie  
*    La réussite dans tous les domaines : Entreprendre un projet n’est pas toujours chose aisée et oui, les phases de découragement sont nombreuses. L’optimisme me permet de me remettre en selle et ne pas abandonner. 
*    L’estime de soi : Je sais ce que je vaux, je me respecte et si je veux évoluer, alors je m’en donne les moyens
*    La gestion du stress : Si il y a une solution à mon problème, alors je n’ai pas à m’en inquiéter, et s’il y en a pas, alors à quoi cela sert de m’en faire ?
*    La satisfaction dans ses relations et de sa vie : L’optimisme nous apprend à s’accepter, et à être dans la « suffisance de ce que l’on a » plutôt que l’insuffisance, la comparaison, le dénigrement…
*    La sérénité et la confiance
 Au vue de tous ces bienfaits, on a bien envie d’y tendre à cet optimisme… Mais comment peut-on faire ? 
 

5 outils qui vous permettent de cultiver l’optimisme.

*    Noter dans un journal les événements positifs que vous avez vécus dans la journée ou les évènements positifs marquants de votre vie. Vous verrez, c’est comme vos propres qualités, la liste est longue ! 
*    Faites confiance aux autres et à la vie en général.  Dans chaque difficulté, il y a quelque chose à regarder, à apprendre, à comprendre 🙂
*    Fixez-vous des objectifs qui ont du sens pour vous et surtout qui sont atteignables ! La méthode des petits pas (petit à petit) vous évitera le découragement et à chaque objectif atteint, vous prendrez confiance en vous.
*    Agissez comme si tout était possible ! Les succès stories n’ont pas de secrets : un capital chance, peut être, mais surtout beaucoup d’investissement, de temps morts, de découragements, d’échec… Mais une volonté, un foi en soi et en son projet à toute épreuve ! 100 des gagnants ont joué !
*    Choisissez votre scénario ! Nous sommes tous exposés aux mêmes informations, aux mêmes discours… Libre à nous de comprendre, de se raconter les histoires négatives qui ressortent de ces informations reçues. L’optimiste en retire le positif tandis que le pessimiste retire le négatif.
 
Y a t-il un outil qui vous inspire plus qu’un autre ? En utilisez-vous déjà certains ? En avez-vous d’autres ?
N’hésitez pas à partager avec nous en commentaire !
Le mot optimisme vient du latin « Optimus » ce qui signifie « meilleur »
—–> Allez chercher le meilleur dans chaque situation.
Alors, prêt à  cultiver votre optimisme ?

 

 

CategoriesConfiance en soi

NB : A chacun son rythme !

On nous apprend et nous demande, depuis tout jeune, d’être toujours « au taquet », d’être énergique, d’être éveillé… Car ce sont ceux-là qui réussissent ! On nous martèle aussi que pour atteindre ses objectifs, il faut soigner son hygiène de vie « l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt », qu’« Il faut travailler dur pour réussir » sous entendu d’arrache-pied, des dizaines d’heures par jour…Que c’est soit la carrière, soit la famille… Et combien d’autres idées dans ce genre… Alors on essaie… On s’en approche… Et parfois on se rend compte que l’on ne peut pas ou plus. Ces dictons, ces carcans ou encore croyances ne prennent pas en compte l’unicité de chacun. Nous fonctionnons tous de façon différente et si une méthode marche pour l’un, pour plusieurs même… Elle peut ne pas marcher pour vous. C’est pour cela qu’il est utile de se connaître.
 
Connaissez votre fonctionnement
Connaissez-vous les horaires où vous êtes le plus performant et ceux où vous l’êtes moins ? Il est possible de déborder d’énergie sur un court terme, mais la plupart du temps, cela se joue sur quelques heures de la journée, alors autant savoir quand les saisir !  Pour certains, c’est le matin ou le midi et pour d’autres le soir. Faites le test sur les journées de la semaine prochaine ! Vous pourrez ainsi réserver vos heures de non performance à des tâches rébarbatives qui ne demandent que peu d’énergie (trier ses mails ou la paperasse…) et  consacrer vos heures de créativité aux les tâches qui vous demandent de l’énergie, de la réflexion et de l’investissement. Et si un jour, vous n’avez l’énergie de rien, ce n’est pas grave, n’en faites pas un problème !
Ne culpabilisez pas
Certains jours, vous pouvez connaitre la flemingite aigüe. Vous n’arrivez pas à vous concentrer, vous avez du mal à vous y mettre… Mais  cela ne fait pas de vous un looser, un mauvais ou tout autre qualificatif non approprié :). Il est parfois nécessaire de se laisser le temps et de s’écouter. Dans nos quotidiens à 1000 à l’heure, prendre le temps de se ressourcer et de se mettre sur pause n’est pas un luxe, c’est obligatoire ! La période que nous traversons n’est pas évidente car elle nous contraint et change nos repères. L’atmosphère de travail dans laquelle nous avions l’habitude de nous fondre est maintenant mixée, pour nombre d’entre nous, avec l’atmosphère de la maison, celle qui d’origine nous aide à décompresser et déconnecter. Nous vous conseillons dans ce cadre de vous aménager des endroits vous permettant de scinder les deux atmosphères (Cf voir notre article sur le télétravail !) et surtout de ne pas vous fustiger en cas de coup de mou ! Il fera jour demain ! Si vous connaissez des façons de regagner cette énergie, alors mettez les en place !
 
Rechargez-vous
Faire acte de présence sur une chaise devant un ordinateur n’a jamais fait avancer le schmilblick. Ça amène d’ailleurs plus de découragement qu’autre chose ! Dans ces moments là, quand vous sentez votre motivation dans les chaussettes, faites une activité qui vous recharge ! Regardez une série, lisez un chapitre (ou 3) du livre que vous dévorez, faites du rangement, aller marcher avec ou sans votre chien si vous en avez un, ouvrez les fenêtres et aèrez les pièces, faites du sport, cuisinez, jouez et passez du temps avec vos enfants si vous en avez, reposez-vous avec votre chat ou autorisez-vous à buller un peu tout simplement ! À trop forcer, on finit par casser. Ce qui peut nous casser, voir nous saboter, tout aussi durement, ce sont nos pensées envers nous-mêmes. 
Transformez vos pensées
7.000 pensées par jour… Oui vos pensées sont omniprésentes ! Et généralement moins bienveillantes quand il s’agit de vous-même. Si vous sentez votre pensée s’emballer et vous tirer vers le bas, renversez la balance. Remplacez les verbes ! « Il est trop tard. » Non, il est encore temps ! « C’est impossible ! » Et pourquoi ça n’arriverait pas ? « Ça n’arrive qu’aux autres… » « Ça m’arrivera si je le décide !  Entendez  ce qu’elles ont à vous dire mais ne prenez pas au pied de la lettre les mots qu’elles déversent. Si vous devez vous comparer à quelqu’un, comparez-vous à vous-même, la personne que vous étiez hier ! Demandez-vous aussi si ces pensées ne relatent pas des croyances issues de vos carcans d’éducation. Demandez-vous aussi si ces pensées sont justes, ou si elles ne contribuent pas au fait de vous sentir encore plus mal. Redressez la barre, et soyez juste et bienveillant envers vous car vous le méritez.
On est libre de prendre ou non ce que l’on met sur notre chemin. On est libre d’écouter et de garder ce que l’on dit de nous. On est libre de remettre en question ou non ce que l’on nous inculque, ce que l’on nous apprend. On est libre d’être soi et de respecter son fonctionnement. On est libre d’assumer son fonctionnement et de ne pas le brimer sous couvert du « qu’en dira t-on ? ».
Et vous ? Êtes-vous bienveillant envers vous-même ? Que faites-vous pour vous connaitre mieux ? 
 
 
CategoriesBilan de compétences

Profitez de ce break imposé pour trouver votre voie

Pendant ce confinement il y a deux écoles:

Les personnes qui se sentent comme des lions en cage, regardant tristement par la fenêtre en pensant nostalgiquement à leur vie d’avant avec pour seul rêve, le jour où tout cela sera terminé et que l’on pourra à nouveau s’embrasser, sortir dans les rues et se ruer dans les bars afin de profiter d’une pression fraîche et amplement méritée ; et ceux, qui en profitent pour vivre leur meilleure vie !

Alors bien sûr, nous ne sommes pas tous à égalité face à ce confinement. Certains sont dans des 20m2 sous les toits de Paris, d’autre dans des appartements trop petits avec des enfants enthousiastes et pleins d’énergie ou encore en télétravail avec un boulot tellement prenant que finalement, confinement ou pas, le temps que l’on pourrait s’octroyer, on ne l’a pas vraiment.

Mais si vous pouvez, si vous avez le temps, essayez de leur prendre pour vous offrir cette pause inespérée dans le tourbillon de votre vie. Car il reviendra bien assez vite ce tourbillon, avec son lot d’inquiétudes et de soucis quotidiens. Alors aujourd’hui, si vous le pouvez, prenez ce temps comme un cadeau. Prenez le temps de vous inscrire dans le moment présent. Vous avez de la chance, c’est LA grande tendance du moment !

Ne pensez pas au passé qui est terminé et que l’on ne peut pas changer. Ne vous angoissez pas pour le futur et pour des choses qui, peut être, n’arriveront jamais. Car rien n’est certain.

La seule certitude que vous puissiez avoir, c’est celle que vous vivez à l’instant T, alors que la minute d’avant appartient déjà au passé et que celle qui suit est encore dans l’avenir.

Et si vous en profitiez pour respirer, vous écouter et faire un petit break ?

Notre société nous pousse à être toujours extrêmement actifs, c’est mal vu de prendre le temps ou de ne rien faire. On culpabilise, on croit que c’est bien d’être en permanence occupé et productif. Vous pensez perdre votre temps en regardant un film, en prenant un bain ou en écoutant tranquillement votre musique préférée sur le canapé ? Pas du tout ! C’est lorsque votre corps et votre esprit se détendent que les plus belles idées vous viennent à l’esprit.

Ecoutez vous, écoutez votre corps et ce qu’il vous raconte ! 

La plus part des difficultés que l’on rencontre proviennent de la dualité que l’on impose au corps et à l’esprit (burn out, sciatique, maux de tête, stress, épuisement chronique, dépression…). Prenez l’habitude de vous écouter pendant quelque minutes : « de quoi mon corps as-il besoin maintenant ? ». D’un bon footing pour se défouler ? D’un bain pour se détendre ? D’une petite balade dans les bois ou encore juste d’une tasse de thé en étant bien installé dans le canapé ? Prenez le temps de vous écouter afin d’être en alignement avec vous même. Le Yoga et la méditation peuvent vous y aider. Cela vous permettra petit à petit de faire la différence entre le « je dois » et le « je veux ».

Repensez à la petite fille ou au petit garçon que vous étiez jadis

Quels étaient ses rêves ? Ses envies ? Qu’aimait-il/elle comme matière à l’école ? Qu’est-ce qui la/le faisait rire et lui apportait du bonheur ? Aviez vous une passion (que vous avez enfouie au fond de vous)  et que vous n’avez plus ?

Ecoutez votre voix intérieure

Vous savez, la petite voix au fond de vous que vous n’écoutez plus depuis trop longtemps au profit d’une pression extérieure (sociale, familiale, hiérarchique…). Qui vous a dit que vous ne pourriez pas vivre de votre passion ? Qui vous a dit que quitter son job c’était une folie ? Qui vous a dit que pour réussir sa vie il fallait avoir un CDI bien rémunéré et enchainer les promotions ? Si vous êtes en adéquation avec cela c’est bien ! Si non, c’est qu’il est temps de changer quelque chose…

Visualisez la vie de vos rêves ! 

Les sportifs utilisent la technique de la visualisation depuis longtemps ! Mais d’abord, il vous faut vous demander ce que vous voulez vraiment. Et ça, ce n’est pas ce qu’il y a de plus facile… Nous sommes souvent bloqués par la peur de l’échec, la peur de l’inconnu, nos fausses croyances, la peur de décevoir des proches ou de ne pas répondre aux attentes qu’ils pourraient avoir de nous (qui sont parfois uniquement dans notre tête). Ce sont souvent ces freins qui nous empêchent de savoir ce que l’on veut vraiment.

Prenez le temps de respirer.

Fermez les yeux et demandez vous : « si je n’avais aucune contrainte, que j’étais seul au monde, que voudrais-je faire de ma vie » ? Laissez les réponses arriver sans jugement, sans les analyser. Et lorsque vous ressentez un sentiment d’apaisement ou de bien être, c’est que vous êtes sur la bonne voie. Prenez un petit carnet et notez vos idées et vos ressentis. Cela vous permettra d’avoir un regard plus objectif sur vos idées.

Prenez votre courage à deux mains et affrontez vos peurs. Ce sont souvent celles-ci qui nous paralysent et nous empêchent d’avancer.

Et si vous avez besoin d’aide, n’hésitez pas à vous faire accompagner ! 

Si vous être autonome, tournez vous vers les formations à distance mais si vous avez besoin de contact, rapprochez vous de conseillers en évolution professionnelle, en bilan de compétences ou alors offrez vous les services d’un coach !

Comme le dit l’adage, « seul on va plus vite mais ensemble on va plus loin ! »

De belles énergies sont à l’œuvre en ce moment et l’heure est au changement. Suivez la mouvance et profitez en !

CategoriesTravail

Nos 6 conseils pour couper avec son travail !

Vous êtes en weekend, vous avez posé une RTT, vous partez en vacances… Vous les avez attendues ces pauses, vous avez compté les jours…  Car vous aviez bien besoin de vous reposer et de changer d’air… Oui mais voilà, ça turbine dans votre esprit : « Et si ce fournisseur… » « Il faut que j’appelle M. X pour ce dossier… » Votre esprit est toujours au bureau, déjà dans l’anticipation de votre retour… Il va falloir changer tout ça et couper pour vous ressourcer !

Pour être plus performant et avoir les pensées claires, il est important de couper et de prendre un temps relativement long pour se ressourcer en profondeur… Nous allons découvrir ensemble qu’il y a bien des façons de penser à tout pendant son weekend, son day-off ou ses vacances, tout, sauf à son travail

Comment ça marche ? 

Déconnecter, c’est ranger son cerveau « work » dans sa petite boite et ressortir son cerveau « Have fun ». 
Il faut dire qu’en plus du travail qui peut être stressant, nous avons, pour la plupart d’entre nous des contraintes qui nous incombent : Faire les courses, faire le diner, ranger, s’occuper des enfants… Notre cerveau est en parfaite ébullition car il faut être partout, penser à tout… Et entendons-nous bien, cette routine répétitive, en plus des tourmentes du travail qui nous assaillent, peut finir par éteindre notre petite flamme de folie que nous avons quand nous effectuons une activité qui nous anime, qui nous amuse… !
Donc, déjà ce que vous pouvez faire c’est :

1- Une TO-DO-LIST

S’organiser, c’est le point de départ pour bien s’y retrouver. Le fait de visualiser ce que vous avez fait pendant la journée vous permet de voir que vous n’avez pas chaumé, que vous avancez dans le travail. Alors certes, il en reste encore… Mais vous continuerez d’avancer aussi à votre retour. Rome ne s’est pas faite en 1 jour, votre projet non plus ! 
Vous me direz « Oui mais j’ai un impératif de dead-line ! » : Tout va se faire… Posez les choses calmement, pour éviter de brasser de l’air en vous agitant dans tous les sens. De toute façon, que vous y pensiez et stressiez fera t-il faire avancer le projet ? Non, pas plus que votre façon de vous culpabiliser ou auto-flageler « J’aurai dû faire ça… » ! 
Ayez confiance en vous !

2- Occupez votre esprit avec une activité vous faisant être dans le présent

Occuper votre esprit avec des jeux (Sudoku, Candy crush, Mots-fléchés, Cherchez l’intrus…) qu’ils soient visuels, auditifs ou encore de stratégies. Votre esprit met en place toute sa force mentale sur la résolution de vos défis. 

3- Respirez, ressentez

Soyez à l’écoute de votre corps. Que vous dit-il ? Pourquoi se met-il dans cet état ? À quoi cela vous renvoie : La peur de perdre travail ? La peur de l’échec ? La peur d’être un raté si vous n’arrivez pas à solver votre travail ? …. Il faut remettre les choses à leur juste place et vraiment travailler sur le fait que le travail, c’est une obligation dans notre monde, mais cela ne tient qu’à nous de nous ruiner la santé pour celui-ci. Et non, ne pas stresser ne veut pas dire que l’on travaille en dilettante ! 

4- Déléguez 

Lorsque l’on part quelques jours et que l’on laisse nos précieux dossiers dans les mains d’une autre personne, qui n’a pas forcément la même manière de fonctionner et de travailler que nous, ça peut être stressant. Mais il faut faire confiance ! Cette personne travaille à vos côtés et avec vous, pas contre vous. Si vos directives sont claires et la passation claire, il n’y a  pas de raison que ça se passe mal !

5- Entretenez de bons rapports

Nous passons plus de 80% de notre temps avec nos collègues, que certes nous ne choisissons pas. Il faut donc installer une bonne entente, sans confondre la sphère privée et la sphère travail. On peut entretenir de très bons rapports sans s’étendre sur notre vie privée non ?!

6- Savoir gérer ses priorités

Avoir une belle carrière, poursuivre des évolutions… Le travail est le marqueur social de notre temps. Or doit-il se faire au détriment de sa vie privée ? Est-ce vraiment dans le travail que l’on trouve un plein épanouissement ? Vous seul pouvez répondre à cette question. Chacun sera en mesure de prioriser les domaines qui sont importants pour soi. Gardons juste en mémoire que notre passage sur terre est rapide, donc il vaut mieux être en accord avec ce que l’on vit !
En somme, cultivez un bon équilibre de vie, ne vous mettez pas la rate au court-bouillon et faites vous confiance !
CategoriesTravail

Comment réseauter efficacement ?

Le réseau est le 2ème canal le plus utilisé par les recruteurs pour rechercher un futur collaborateur. Ce fameux «marché caché» est donc un biais incontournable à optimiser lors de votre recherche d’emploi. De nos jours, les réseaux sociaux lui donne une nouvelle dimension mais comment faire pour développer son réseau physique et virtuel ?

Déterminer son objectif réseau parmi ces 7 exemples

1. Recueillir des informations (secteur d’activité, entreprises…) et mieux se positionner
2. Identifier des personnes ressources, susceptibles de vous mener à l’emploi
3. Se faire connaître
4. Rencontrer des professionnels et remplir votre agenda
5. Partager des expériences, conseils, découvrir les réalités du terrain en vue d’une réorientation
6. Rencontrer des futurs partenaires dans une perspective de collaboration (création d’entreprise, synergies…)
7. Montrer votre dynamisme et votre persévérance
N’oubliez pas que l’état d’esprit qui préside le fonctionnement du réseau est le principe de l’échange gagnant-gagnant de professionnel à professionnel qui repose sur la confiance et le partage.

Constituer son réseau de base

Cette liste constituera votre Fichier contacts qui sera la base de votre travail de réseautage. Pour cela, listez les personnes dans votre carnet d’adresse en lien avec votre objectif professionnel (amis, famille, voisins, anciens élèves, associations, parents d’élèves, loisirs, ex collègues, ex employeurs, formateurs, commerçants, entrepreneurs…)

Préparer ses rencontres réseaux

Préparez votre PP2M (présentation en 2 minutes). En entretien réseau, il est crucial de pouvoir vous présenter de manière brève et impactante.
Structurez cette présentation en 4 parties : état civil, métier, parcours professionnel et objectif. Utilisez des verbes d’action et mots clefs relatifs à votre secteur d’activité. Lisez-la à voix haute car il faut qu’elle sonne bien à l’oral et testez-la auprès de votre entourage. Répétez la pour gagner en fluidité et essayer de vous en détacher au maximum pour conserver une certaine spontanéité. N’oubliez pas de vous chronométrer pour vérifier le respect du format court (2 minutes).
Votre PP2M en tête, rendez-vous sur des événements professionnels en lien avec votre secteur d’activités : journées portes-ouvertes, salons, cocktails…
Pour en savoir plus, visualisez notre vidéo présentant la PP2M sur notre Chaine You Tube : ici

Réseauter en ligne

Même si rien ne remplace la rencontre physique, internet est un moyen précieux pour être mis en relation et vous présenter auprès de personnes influentes, sur votre secteur, que vous ne connaissez pas.
Inscrivez vous sur :
– les réseaux généralistes (facebook, instagram, copains d’avant…) 
– les réseaux professionnels (viadéo, linkedIn…) Mettez en ligne votre profil, agrémentez le avec des liens vers vos réalisations, des recommandations… et recherchez des contacts professionnels en lien avec votre activité.
A vos marques, prêt, réseautez et n’oubliez pas : «Seul, on va plus vite. Ensemble, on va plus loin.»
CategoriesConfiance en soi

6 astuces pour développer votre motivation

Vous avez mené des recherches, rassemblé toutes les informations pour pouvoir agir et avez toutes les clés en main. Vous êtes déterminé à changer un paramètre dans votre vie, quelqu'il soit. Oui mais voilà, le passage à l'action n'est pas chose aisée. Comment trouver la motivation pour aller au bout de son projet ?

1. Rappelez vous qui vous êtes.

Fermez les yeux un instant, respirez profondément et demandez-vous qui vous êtes et qui vous voulez être. Rappelez-vous les ressources dont vous disposez, les ressources internes. Mettez sur stop cette petite voix qui vous dit que vous n’en êtes pas capable, qui vous somme de remettre tout cela à demain. Cette petite voix, c’est votre ego qui parle, un mécanisme externe à vous !
Recentrez vous sur vous-même… Que voyez-vous ? Que ressentez-vous ? Êtes-vous conditionné pour subir la vie ou pour la créer ? Que vous souhaitez-vous ?
N’hésitez pas à coucher sur le papier les quelques lignes qui vous viennent pour que le cerveau conscientise la volonté d’action.

2. La motivation vient de vous.

Personne ne pourra vous motiver à votre place. Vous pouvez avoir un mentor, un coach, un(e) ami(e) qui va vous aider à passer le cap. Seulement, vous êtes le seul à décider au plus profond de vous si vous voulez réellement vous mettre en marche ou non. Pour cela il va falloir vous poser une question simple : 
« Ai-je envie de me donner les moyens de réaliser mon projet ? »
Prenez le temps de la réflexion. Pour tout changement, il faut sortir de sa zone de confort, celle où nous évoluons plus de 90% du temps. Il peut y avoir ce que l’on appelle des contraintes, certes, cependant, êtes-vous le seul à avoir cette contrainte dans le monde ? N’y a t-il pas d’exemple de personnes dans votre entourage ou ailleurs qui
rassemblaient les mêmes contraintes que vous et qui ont agit ? 
Vous êtes responsable de ce qu’il se passe dans votre vie, les réussites et les passades. 

3. Qu’est ce qui est important pour moi ? 

Lorsque vous entamez quelque chose, qui peut être dur : Régime, Sport, Construction de projet…Il faut qu’à chaque phase d’effort, vous vous rappeliez pourquoi vous le faites, pourquoi c’est important pour vous. Il n’y a pas de miracles sans l’intention et la volonté d’agir, la motivation ne va pas tomber du ciel. 
 
Rappelez vous : Vous ne trouverez pas la paix (ou autre) quand tout sera en place, c’est au contraire quand vous aurez trouvé la paix (ou autre) que tout se mettra en place. 
Si vous voulez quelque chose, il va falloir aller le chercher, et ça passe par une énergie en vous.  

4. Que me dit mon corps ?

Le corps peut avoir des freins qui l’empêche de se mettre en action. Or pour vous mettre en action, vous avez besoin d’un corps en bon état de marche. Pour cela, vérifier les carences que vous pouvez avoir (Zinc, Magnésium, Potassium) car les minéraux jouent un rôle primordial dans la transmission nerveuse,  au fonctionnement neuro-musculaire, à la stimulation de l’immunité du corps, dans le maintien de l’équilibre des liquides, à la libération d’énergie dans les cellules… Sans eux, le corps se trouve en dysfonctionnement. 

5. Souvenez-vous de ces grands Hommes …

Nombre de grands Hommes, qui étaient au départ comme vous, comme nous, ont réussi car ils ont puisé au fond d’eux-même l’énergie d’agir, de se réaliser : 
– Walt Disney, viré de la rédaction d’un journal car il n’avait pas assez d’imagination
– Albert Einstein, qui n’a pas parlé avant l’âge de 4 ans et dont les professeurs disaient qu’il n’irait pas loin
– Abraham Lincoln, qui a fait faillite, perdu sa femme jeune, fait une dépression nerveuse, perdu 8 élections
Il y a beaucoup d’exemples… et vous pouvez en faire parti.
N’abandonnez jamais devant un obstacle car vous seul pouvez donner l’impulsion du saut. Si vous prenez des coups, relevez-vous. Personne n’est plus fort que la vie, en revanche, vous pouvez faire le choix de continuer d’être en action. 

6. Le point Karaté.

Une technique simple qui permet de couper un minima avec ses fausses croyances pour se libérer et s’insuffler un potentiel d’action : Le point Karaté. Celui-ci est situé sur la tranche de la main, entre la base de l’auriculaire et le début du poignet.
Tapotez vigoureusement sur ce point avec les quatre doigts de votre autre main en disant votre affirmation trois fois :
– « Même si je me sens faible, je m’aime et je m’accepte tel que je suis »
– « Même si j’ai cette peur d’agir, je m’accepte tel que je suis »
– « Même si j’ai cette rigidité dans le cou, je m’accepte profondément et infiniment »
Créer votre affirmation et provoquez l’inversion psychologique de cette pensée négative. Vous avez le pouvoir d’agir !
CategoriesBilan de compétences

Quand et pourquoi faire un Bilan de compétences ?

Aujourd’hui,  tout va et évolue extrêmement vite… Entre pression et envie de renouveau, il est parfois difficile de savoir ce que l’on vaut, dans quel domaine nous pourrions nous épanouir… C’est là que le Bilan de compétences intervient !

Quand faire un Bilan de compétences ?

Le Bilan de compétences est fait pour : 
– Travailler sur une nouvelle orientation professionnelle
– Accompagner une évolution dans la branche d’activité déjà occupée
Lorsque l’on vit comme une perte de sens dans nos activités professionnelles, il est temps de se poser la question de l’après : 
« Est-ce que je souhaite évoluer dans la même branche mais avoir plus de responsabilités, de challenges ? »
« Est-ce que je souhaite changer de branche et me reformer ? »
« Comment est le marché actuellement ? »
« Quelles sont les opportunités ? »
« Quelles sont les débouchés ? »…. 
Tant de questions pour lesquelles être accompagné par une personne qualifiée peut vous être utile. Cette période de transition peut être difficile à traverser parce qu’elle soulève des peurs, des freins… Qui nuisent à l’élaboration et la mise en place de votre nouveau projet de vie.

Que fait-on dans un Bilan de compétences ?

Lors du Bilan de compétences, 4 grands items sont abordés : 
– L’analyse de votre demande
– Un Bilan pour révéler votre identité personnelle et professionnelle
– Un travail de recherche et de mise en commun pour faire émerger votre projet
– Un travail de mise en mouvement
Les entretiens de Bilan s’effectuent par des échanges qui suivent une méthodologie précise. Les questions posées par votre consultant vont vous amener à analyser votre parcours professionnel, à mettre le doigt sur ce qui vous anime, ce qui vous frustre, ce qui vous ennuie… Afin de tirer des enseignements de ce que vous avez connu jusqu’à aujourd’hui.
Au cours de ce bilan, vous vous évaluerez à l’aide d’exercices, de tests de personnalité qui auront pour objectif de préciser vos attraits, certains aspects de votre personnalité… qui vous permettront de travailler en profondeur votre projet professionnel.
Le bilan de compétences nécessite du travail personnel et individuel. Il est important que vous meniez une réflexion solitaire sur ce que vous souhaitez vraiment sans l’influence de quiconque. Le Bilan de compétences est aussi une démarche qui nécessite de l’investissement. C’est donc de façon volontaire et motivée que vous devez venir ! N’oubliez pas que vous êtes acteur de votre parcours et que ce bilan peut vous permettre de ressortir avec  des perspectives professionnelles concrètes !

Un document de synthèse vous est remis en fin de Bilan. C’est un document co-rédigé qui reste la propriété exclusive du bénéficiaire. 6 mois après la fin du Bilan, un RDV pour faire le point sur l’avancé du bénéficiaire est effectué.

Quel est l’apport du Bilan de compétences ?

Le Bilan de compétences permet de mieux se connaître et d’aller vers un univers professionnel qui vous correspond tout en ayant des possibilités professionnelles en adéquation avec le marché.
L’image de soi même se trouve renforcée car on est conscient de sa valeur, de ses capacités, de ses perspectives. Le regard sur le parcours professionnel est constructif, on va de l’avant, on apaise le ressenti sur les « échecs », les « ratés »… On prend conscience de nos réactions, de notre conduite envers nous même et les autres. On est gagné par un nouveau sentiment d’action, on se met en marche !
Soyez acteur de votre projet professionnel, soyez accompagné ! 
Vous trouverez des informations sur le financement du Bilan de compétences ICI
Trouvez de plus amples informations sur le Bilan de compétences ICI
CategoriesTravail

Le Télétravail, 5 conseils pour l’optimiser !

En cette période de confinement, nombre d’entre nous, exerçant des métiers le permettant, sommes en télétravail. Qu’on se le dise, on en à tous un peu rêvé… La contrainte étant, quels sont les avantages du télétravail ? Comment faire en sorte d’être performant même à la maison ? Voici nos conseils

Le Télétravail késako ?

1 français sur 6 expérimenterait régulièrement le « homeOffice ». Le terme « télétravail » est entré dans le code du travail en mars 2012.  Ce terme désigne « toute forme d’organisation du travail dans laquelle un travail qui aurait pu être exécuté dans les locaux de l’employeur est effectué par un salarié hors de ces locaux de façon régulière et volontaire en utilisant les technologies de l’information et de la communication dans le cadre d’un contrat de travail ou d’un avenant à celui-ci. »
Le télétravail nécessite l’usage des nouvelles technologies, à savoir la possession et l’utilisation d’un ordinateur pour pouvoir communiquer son travail par mail, maitriser les différents logiciels et être à l’aise avec la méthode de travail.
Le télétravail est basé en règle générale sur le caractère volontaire de la part du salarié et ne peut être imposé, sauf cas de force majeur, comme en ce moment. il s’exerce dans près de 80 % des cas à domicile, le reste du temps en espace de coworking. 
(source : onisep.fr)

Quels en sont les avantages ?

Les avantages pour le travailleur sont nombreux pour le travailleur :
 – Gain de temps et d’argent du aux déplacements et aux gardes d’enfants
– Plus d’autonomie dans la gestion des tâches à mener
– Meilleure gestion du temps vie pro/vie perso
– Meilleure concentration (si l’espace aménagé pour travailler est optimisé)

Comment faire pour optimiser le télétravail ?

1. Optimiser votre lieu de travail
Pour travailler dans les meilleures conditions et être efficace sur la longueur, il faut choisir un endroit qui s’y prête. Veuillez à vous aménager un lieu qui vous permette de travailler correctement. Veuillez à avoir une place vous permettant de vous concentrer, décorez la selon vos inspirations et aspirations, prêtez attention à la lumière,  
2. Identifier ses temps forts de la journée
Nous avons tous un fonctionnement différent avec des temps plus productif et d’autres moins. Identifiez les moments où vous avez une forte productivité afin de vous réserver pour les tâches qui vont demanderont de l’énergie et celles qui vous en demanderont moins.
3. Créer votre routine
Aller au bureau nous plonge dans les conditions de travail. En télétravail, c’est à vous de vous mettre en condition pour travailler. Instaurez un roulement d’action qui vous mène à travailler – Petit déjeuner, sport, méditation…- Faites bien attention aux distractions, il est facile de trainer lorsque l’on est à la maison. Ne nous le cachons pas les distractions à la maison sont grandes. Compartimenter bien les moments de pauses,
4.  Planifiez vos actions
Afin de toujours garder le cap, fixer vous des actions journalières à mener avant de commencer votre journée ou à la fin de la journée pour avoir une visibilité sur le lendemain. Sans une planification des objectifs, il est facile de rester longtemps sur les mêmes actions.

5. Restez en contact avec votre équipe, ou vos proches, n’hésitez pas à sortir
Télétravail ne veut pas dire être coupé des autres. Aujourd’hui vous avez de nombreux moyens technologiques pour rester en lien avec votre équipe (Zoom, Whatsapp…). Planifiez des déjeuners extérieurs ou même des activités lorsque votre journée est terminée !

En tous les cas, nous ce que l’on peut en dire, c’est que le télétravail est un droit, qu’il convient à certain et pas à d’autres ! Que pensez-vous de cette expérience ? Avez-vous des retours sur le télétravail ? N’hésitez pas à commenter ! =)
CategoriesBilan de compétences Métier

Changer de métier, la marche à suivre en 5 points !

Nous sommes de plus en plus amenés à occuper différentes fonctions dans notre carrière professionnelle. Comment amorcer, dans les meilleures conditions, un changement de cap ?

Faire un point grâce au Bilan de compétences

UN BILAN DE COMPÉTENCES vous offre la possibilité de faire un point sur votre parcours, vos envies, vos compétences acquises au cours de vos expériences pour envisager des pistes de métiers potentiels à court, moyen et long terme et définir le plan d’actions correspondant. Le bilan de compétences est LE moment pour poser les bases et bien plus de votre nouveau projet professionnel.

Vérifiez votre motivation

Les rencontres professionnelles dans cette nouvelle voie sont très importantes pour vous permettre de vous projeter en connaissance de cause. Participez à des salon, interrogez des professionnels via les réseaux Viadéo et Linkedin

Se former

S »il vous manque des compétences, formez-vous pour les acquérir. De nombreux organismes proposent des formations pour adultes : l’AFPA, le CNAM, le GRETA, les CCI

S’organiser

Pensez votre projet dans sa globalité : prise de risques, questions financières, gestion du temps, garde des enfants… et mettez en place des actions pour anticiper ces points pratiques et financiers et simplifier ainsi votre futur quotidien.

Solliciter des aides financières

Renseignez-vous sur les aides régionales et départementales dont vous pourriez bénéficier pour monter votre activité dans le cadre d’une création d’entreprise : prime d’aménagement du territoire, exonération d’impôts sur les bénéfices, sur les cotisations sociales, sur les impôts locaux, mise à disposition de locaux, prêt à taux zéro, ARE, prêt d’honneur…
Une fois ces 5 points passés au crible, y’a plus qu’à comme dirait l’autre…. Bonne chance pour votre reconversion !
CategoriesBilan de compétences

Que sont-ils devenus ? Quand une conseillère de vente ouvre son cabinet de thérapeute conjugal et familial…

Solange Laviron témoigne, suite à son bilan de compétences chez ABCP Compétences sur son projet de reconversion

Quelle a été votre expérience du bilan de compétences ?

Avant de faire le bilan, j’étais conseillère de vente. Je ne me retrouvais pas dans ce métier. J’avais déjà dans l’idée de devenir conseillère conjugale et familiale mais j’avais besoin de la validation d’un regard extérieur sur mes compétences avant de me diriger vers ce domaine.
Le bilan m’a permis de mieux me connaître (compétences, qualités…) et de valider la cohérence du métier visé vis-à-vis de ma personnalité et de mon potentiel.

Quelles ont été les étapes clés de votre bilan de compétences ? 

Les rencontres avec les professionnelles du terrain m’ont permis de me rendre compte de la réalité et d’ancrer ma détermination. Je me suis donc formée. En parallèle, j’ai contacté des professionnelles pour assister à des séances de thérapie. Je suis allée à différentes conférences sur ce sujet et j’ai également beaucoup travaillé grâce à des lectures.

Avez-vous eu des moments de doutes ? d’encouragement ? Des anecdoctes à nous raconter ?

J’ai eu des moments de doute; juste ce qu’il fallait pour me réfléchir sur mes aspirations et mes motivations profondes. Coralie Schmitt, consultante chez ABCP Compétences, a été formidable, justement, dans le dosage « remise en question » et « encouragements ».

Où en êtes-vous aujourd’hui ? Êtes-vous plus épanouie dans votre travail et en accord avec vos choix ?

J’ai fraîchement ouvert mon cabinet il y a quelques jours. Je suis enchantée par ce nouveau départ. A ce jour, je travaille, en grande partie, sur le développement d’une « clientèle ». Je vais à la rencontre de professionnels intéressés par ma spécialisation afin d’être en réseau avec des partenaires sociaux.

Comment voyez-vous l’avenir ?

J’envisage l’avenir sereinement car je suis sûre de ce que je veux réaliser.

Quels sont les conseils que vous donneriez aux porteurs de projets qui sont actuellement dans le doute ?

Pour ceux qui sont en réflexion, je voudrai dire qu’il ne faut pas hésiter à aller au bout de ses interrogations, même si c’est inconfortable parfois, car, à mon sens, c’est ainsi qu’on parvient à bien identifier ce dont on est capable, en plus d’aller à la rencontre de soi… Et je souhaite bon courage à ceux qui tentent cette belle aventure !!
CategoriesLe Stress Travail

Gestion du temps : 5 conseils pour gérer votre temps de travail de façon efficace

Bien gérer son temps de travail permet de gagner en efficacité, sérénité et productivité. De nombreux outils et astuces sont à votre disposition pour classer, prioriser, déléguer, ranger…

Simplifier les tâches courantes

Posez les tâches récurrentes de votre journée, semaine, mois… et réfléchissez à un ou plusieurs moyens pour en automatiser certaines.

Ranger votre bureau

Un espace de travail surchargé et désordonné est souvent source de perte de temps, accumulation de stress… Un ménage régulier permet d’éviter une accumulation et un désordre excessif.
Pensez aux bannettes thématiques ou au trieur par exemple. Pour vous concentrer sur votre tâche, ne conservez sur votre bureau que les éléments vraiment utiles. Rangez les autres en fonction de leur fréquence d’utilisation : les plus souvent utilisés doivent être à portée de main.

Organiser dans votre agenda vos journées, semaines en priorisant les tâches importantes et urgentes

Posez vos différentes tâches dans votre agendas papier ou numérique… et annotez-les en les priorisant, notant la durée… Vous pouvez utiliser un code couleurs. Vous aurez ainsi une vision globale de votre journée ou de votre semaine pour en distinguer les temps forts et les temps morts. Nous vous conseillons de commencer la journée par les tâches difficiles et de prévoir des moments « détente ». Pour vous aider dans la priorisation, nous vous livrons ce petit outil !

Les « Do-it lists »

La veille d’une journée de travail, posez vos tâches à réaliser le lendemain. Vous rentrez ainsi l’esprit serein chez vous et le lendemain, vous êtes directement opérationnel. Vous avez les idées claires dès votre arrivée au bureau. Cochez ou rayez-les au fur et à mesure, ça fait du bien ! Découvrez, en cadeau, nos « To-do Lists » ABCP

Prévoir une plage « imprévus »

Dans votre emploi du temps, conservez quelques créneaux de libres pour y effectuer les tâches urgentes qui vous incomberont. Prévoyez si possible un peu de marge qui vous sera utile si vous prenez du retard à cause d’une réunion qui s’éternise ou d’un rendez-vous surprise. Bref, gardez-vous des espaces de souplesse pour y intégrer les impondérables : ils vous éviteront de devoir repenser votre planning au moindre accroc. Ces plages vous aideront à être zen malgré les imprévus.
Et vous ? Quels sont vos astuces pour gérer votre temps au travail ? Partagez vos conseils !
CategoriesBilan de compétences

Que sont-ils devenus ? Quand un professeur de judo monte sa maison d’édition jeunesse…

Pour inaugurer notre série de portraits de bénéficiaires ayant fait un bilan de compétences chez ABCP Compétences, zoom sur Laurent Maury, qui partage, avec nous, ses doutes, ses conseils… dans l’aventure de la création d’entreprise.

Parlez nous de votre expérience bilan :

Ce bilan m’a permis d’entrevoir une autre voie professionnelle que celle de mes débuts en tant qu’éducateur sportif pour ensuite aller chercher d’autres accompagnements pour mettre en place mon projet : BGE, chef d’entreprise « tuteur » de projet… Ce bilan m’a également permis de retrouver un équilibre familial. Je peux enfin profiter de ma famille tout en continuant de prendre du plaisir dans mon travail. »

Quelles ont été les étapes à réaliser pour mener à bien votre projet ?

« Ayant opté dans un premier temps pour la reprise d’entreprise, j’ai participé à des salons, rencontré des chefs d’entreprise, des experts-comptables et banquiers. L’opportunité s’est avérée trop risquée. C’est alors que j’ai eu l’idée de créer un magazine jeunesse sous l’accompagnement de la BGE de la Roche sur Yon (business plan) nécessaire pour convaincre les partenaires bancaires et d’un cabinet comptable. En parallèle, j’ai formé une équipe de professionnels free-lance : graphiste, illustrateur, photographe, imprimeur… pour sortir un premier numéro en mai 2015. »

Avez-vous connu des moments de doutes ? D’encouragement ?

« Il y a forcément des moments de doute lors d’une reconversion mais il faut se faire entourer et accepter que les choses peuvent ne pas se dérouler comme on l’imaginait. On doit sans cesse se remettre en question et s’adapter aux obstacles que l’on rencontre. »

« Les encouragements sont nombreux aussi grâce pour ma part à ma femme, mes enfants et aussi les collaborateurs avec lesquels je travaille, Alice, graphiste du magazine et Jack, illustrateur. J’ai eu la chance d’avoir également le soutien de Marie, chef d’entreprise, « tutrice » de mon parcours.  Il est important d’entendre des mots de satisfaction sur ce que l’on entreprend pour ne pas se décourager. J’ai apprécié que Christelle, ma conseillère ABCP prenne souvent des nouvelles de mon évolution professionnelle. Cela m’a conforté d’utiliser toute mon énergie dans ce projet.«  « J’ai eu aussi l’opportunité de convaincre de nombreux sportifs de haut-niveau qui portent le magazine afin de le faire connaître dès son lancement ».

Où en êtes-vous aujourd’hui ? Êtes-vous plus épanoui professionnellement ?

« Aujourd’hui, après un premier numéro qui me plaît beaucoup, je suis confronté à la réalité commerciale du monde de l’édition et à la tendance frileuse actuellement en France pour les nouveaux projets mais je suis épanoui professionnellement. J’ai l’impression d’être sorti d’une case socio-professionnelle dans laquelle je me croyais prisonnier ne pensant savoir faire que cela. Aujourd’hui, la liberté du chef d’entreprise et cette activité autour de la création me donne toutes les satisfactions que j’attendais en fin de bilan de compétences. »

Comment voyez-vous l’avenir ?

« L’attente des enfants sportifs est là. Nous allons élaborer un deuxième numéro pour la rentrée de septembre. Pour faire perdurer cette aventure, il faut assurer une trésorerie équilibrée et rechercher des partenaires pour palier à mes engagements financiers. Mon capital de départ ne me permet pas d’éditer les magazines suivants si les ventes n’augmentent pas. »
« A plus long terme, si le magazine s’installe dans la durée. Pourquoi ne pas le dupliquer sur d’autres sports et aussi dans d’autres langues ? Tout reste à construire, là est le défi plaisant malgré une ambiance de crise que l’on nous rabâche.« 

Quels conseils donneriez-vous aux porteurs de projets dans le doute ?

Je conseille de se forcer à penser « que c’est sans doute difficile mais réalisable. Aujourd’hui, en France, la règle du TTC fonctionne : Travail, Talent, Curiosité, mais il faut accepter de se faire accompagner. Il y a de nombreuses structures avec des gens très compétents pour vous aider à aller de l’avant mais il faut aller à leur rencontre. Ils vous attendent. »

« Une amie m’a dit un jour : « Quoique tu rêves d’entreprendre, commence-le. L’audace a du génie, du pouvoir, de la magie. » Goethe« 

Click edit button to change this text. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.
X
Add to cart